Pasteur Mathieu a partagé des histoires de famille pour illustrer l’importance de garder la foi et de s’accrocher au Seigneur. Jésus est l’ancre qui nous tient en place, au bon endroit et en toute sécurité. Nous devons rester accrochés à Lui, à Ses promesses, et à Sa Parole. Nous devons tenir ferme dans l’espérance lorsque les choses semblent ne pas aller bien, dans les temps difficiles et à travers les injustices, les épreuves, les défis, les déceptions et la maladie. Nous ne devons pas nous décourager lorsque nous passons à travers les tempêtes de la vie. Bien au contraire, nous devons puiser dans la Parole et transmettre un message encourageant à notre âme (Psaume 42:6). Oui, en tant qu’enfants de Dieu, nous devons nous souvenir de Ses promesses et les déclarer sur les situations que nous traversons.  Gardons les regards fixés sur Dieu, tout comme Joseph qui, au lieu de se décourager, a gardé la foi et a mis toute son espérance en Lui.

Souvenons-nous des promesses de Dieu, plaçons notre confiance en Lui et nous  ne serons pas déçus. La Parole de Dieu nous le garantit.

Ce ne sont pas les grandes choses qui nous découragent; ce sont les petites paroles, les choses négatives qui nous éloignent de notre destination. Revenons à l’ancre de notre âme.

Verset clé :

Lorsque Dieu fit la promesse à Abraham, ne pouvant jurer par un plus grand que lui, il jura par lui-même, et dit: Certainement je te bénirai et je multiplierai ta postérité. Et c’est ainsi qu’Abraham, ayant persévéré, obtint l’effet de la promesse. Or les hommes jurent par celui qui est plus grand qu’eux, et le serment est une garantie qui met fin à toutes leurs différends. C’est pourquoi Dieu, voulant montrer avec plus d’évidence aux héritiers de la promesse l’immutabilité de sa résolution, intervint par un serment, afin que, par deux choses immuables, dans lesquelles il est impossible que Dieu mente, nous trouvions un puissant encouragement, nous dont le seul refuge a été de saisir l’espérance qui nous était proposée. Cette espérance, nous la possédons comme une ancre de l’âme, sûre et solide; elle pénètre au-delà du voile, là où Jésus est entré pour nous comme précurseur, ayant été fait souverain sacrificateur pour toujours, selon l’ordre de Melchisédek (Hébreux 6:13-20)