Certaines personnes ont un semblant de faux départ dans la vie et semblent même être sous une sorte de malédiction. Cependant, leur départ dans la vie ne détermine ni leur cheminement, ni leur destinée, et encore moins la réalisation de leur potentiel.

Il faut réclamer sa bénédiction malgré les systèmes pré établis.

Le Pasteur Denis Ncuti a pris l’exemple d’Ésaü, qui vendit son droit d’ainesse et perdit la bénédiction paternelle. Il fut ensuite obligé de se contenter d’une bénédiction qui ne ressemblait pas – au départ – à ce que qui que ce soit aurait souhaité recevoir d’un patriarche.

L’essentiel du message de ce dimanche d’Action de grâce était sur la passion de vivre selon la destinée que Dieu a pour nous et malgré les faux départs dont nous pensons être victimes. En effet, même si nous souffrons des défis que la vie met sur notre chemin, c’est seulement en gardant la foi et en sachant que Dieu peut nous aider à dépasser nos limites que nous pourrons remporter la victoire. Au cours de notre parcours, nous devons apprendre à surmonter les obstacles liés à la communication, au manque de talents, aux ressources, aux expériences et connaissances, et aux relations.

Même si Ésaü ne reçut pas les 14 bénédictions que Jacob lui déroba en trompant leur père Isaac (Genèse 27:29; Genèse 28:3-4), il bénéficia du soutien de son oncle Ismaël qui devint en quelque sorte son mentor. Il changea et prit une série de mesures qui lui apportèrent la prospérité et la richesse. Il réussit sa vie en dépit de son « faux » départ.

 

Versets clé :

Ésaü dit à son père: N’as-tu que cette seule bénédiction, mon père? Bénis-moi aussi, mon père! Et Ésaü éleva la voix, et pleura (Genèse 27:38)

Jacob leva les yeux, et regarda; et voici, Ésaü arrivait, avec quatre cents hommes. Il répartit les enfants entre Léa, Rachel, et les deux servantes (Genèse 33:1)

Frères, je ne pense pas l’avoir saisi; mais je fais une chose: oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant, 14 je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus Christ (Philippiens 3:13-14)